• Revue de presse

    Article presse Ouest France du 30 avril 2013

    Capture-Article-OF

     Article presse Courrier de l’Ouest du 6 août 2013

    Article-Courrier-Ouest-06082103

    Site de l’Université d’Angers du 2 avril 2014 – Partenariat du projet de jardin éphèmère

    20140402-UA-Jardin éphémère

    Le Centre Bouësse à Murs-Erigné nous rend visite – 2014

    20140307-Article-Bouesse

    Revue Cé L’info – Février 2016

    Cé l'info février 2016

    Liens vers des articles en ligne :

    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/segre-cette-boite-va-devenir-le-cauchemar-des-frelons-asiatiques-5582359

    http://www.tvvendee.fr/le-journal/edition-du-vendredi-27-avril-2018_27042018?cid=86664

    Ouest-France – le

    Les Ponts-de-Cé. Essentiel apiculture a changé de devanture

    Olivier Moreau et Chrislène Perpoil, passionnés d’abeilles, accompagnent les apiculteurs amateurs et les différents projets.
    Olivier Moreau et Chrislène Perpoil, passionnés d’abeilles, accompagnent les apiculteurs amateurs et les différents projets. | Ouest-France

    Nouveau look pour la boutique dédiée aux abeilles, qui a ouvert ses portes en 2013. L’occasion pour les propriétaires de lancer de nouveaux projets.

    « Le grand-père de Chrislène a toujours eu des ruches, depuis l’âge de 14 ans. Toute sa vie, il a vu le déclin des abeilles », souligne Olivier Moreau. En 2013, avec Chrislène Perpoil, sa compagne depuis vingt ans, ils ont ouvert leur magasin. « Nous avons suscité un intérêt local pour l’apiculture. » Le point de vente cible l’apiculture de loisirs et dès la première année, le prévisionnel a été dépassé.Soucieux d’avoir un bel outil de travail, les commerçants ont apporté une nouvelle signalétique sur leur vitrine. Les clients recherchent des conseils qu’ils peuvent trouver auprès des responsables autodidactes ou sur le site de l’enseigne.

    Les pâtisseries à base de miel

    « Ici, c’est un lieu d’échange mais attention, prévient Olivier Moreau, s’occuper des abeilles, ce n’est pas comme pour un chien ou un chat. » On relève parmi les nouveaux apiculteurs 30 % d’entrants et 30 % de sortants.Les mois d’apiculture vont d’avril à août. C’est court ! « Au départ, on envisageait un magasin de matériel uniquement. » Le vendredi, sur le marché, Anthony Fouilleul, qui vend du miel familial, des œufs et du jus de pomme, constate : « Les consommateurs reviennent vers le miel et recherchent de plus en plus de bons produits. »Le responsable du restaurant Les Trois lieux vient de s’approvisionner chez Essentiel apiculture. Son chef de cuisine va utiliser le miel par petites touches. Bastien Villedieu, chef pâtissier, associera le miel de châtaignier avec un chocolat. « La base de mes recettes s’appuie sur des produits locaux sur lesquels on peut faire la différence », justifie le chef.

    Une ruche aux Sables-d’Olonne

    Olivier Moreau ira installer une ruche sur le toit d’un hôtel des Sables-d’Olonne. Les clients consommeront bientôt du miel maison. En lien avec le conseil départemental, Olivier Moreau fournira le matériel et le suivi de ruches installées dans l’enceinte des collèges. « Cette année, neuf collèges auront installé des ruches. »Cette démarche pédagogique ne fait que renforcer la conscience que nous avons acquise du rôle essentiel des abeilles dans la biodiversité et l’environnement. L’exécutif européen a lancé depuis ce début d’année une consultation publique sur les mesures à prendre pour stopper le déclin des populations d’abeilles et autres pollinisateurs. L’Observatoire des mortalités et affaiblissements des abeilles (OMAA), assuré par la clinique vétérinaire de Chateauneuf-sur-Sarthe, enregistre et analyse les déclarations.

     

    Paru le 24/04/18 – Tv Vendée

     

    Paru le mardi 19 juin 2018, Le Courrier de l’Ouest, mardi 19 juin 2018.

    Le Lion d’Angers – Le Lion d’Angers « Etendre l’installation de ruches »

    Après l’implantation de ruches au collège Val d’Oudon et à l’Isle Briand, 5 ruches, soit 200 000 abeilles ont été installées, vendredi 15 juin, sur le site des jardins familiaux,

    La commune du Lion d’Angers, avec le soutien de la Communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou (CCVHA) vient d’installer 5 ruches sur le site des jardins familiaux.

    Ce sont donc 200 000 abeilles qui vont butiner aux alentours de ces jardins, sachant qu’une abeille a un rayonnement de 2 kms « Les abeilles rendent de multiples services, de fleurissement à la pollinisation avec bien sûr la production de miel. C’est le troisième lieu d’implantation de ruches avec le collège Val d’Oudon et l’Isle-Briand », précise le maire, Etienne Glémot.

    Un programme global pour l’environnement.

    Cette installation s’inscrit dans un programme plus global pour l’environnement sur la CCVHA avec la restauration de haies, la restauration des mares et la limitation d’embroussaillement par la remise en pâturage de friches. « L’installation de ruches pourra être étendue sur le territoire de la communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou. Le coût d’installation et d’essaimage des ruches est de 1773 € . La gestion est confiée à l’entreprise ESSENTIEL APICULTURE. A terme, un agent technique sera formé au suivi sanitaire des ruches « ajoute Michel Belouin, vice-président de la CCVHA en charge de l’environnement. Un panneau de prévention avertit de la proximité et prévient que les ruches sont suivies par GPS .

     

    Publié le vendredi 13 juillet 2018 16:10 – Mis à jour le vendredi 13 juillet 2018 16:10 – Jean Lenoir

    1ère récolte du miel au collège Félix Landreau

    IMG_20180713_153112.jpg

    Les apiculteurs ont récolté le miel, une première depuis l’installation des ruches l’année dernière.